Que restera-t-il du sommet dominical de ligue1 , qui a opposé hier soir les deux baronnies contemporaines du football hexagonal ?

 

 

neymar-cavani-penalty-psg_s8sb8d2522h71jjaikag9y4b8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pèle-mêle , on a le sentiment coté parisien que le  4-2-3-1 d'emery a vécu , que l'on se dirige tranquillement vers un immense gâchis avec julian draxler , que l'ami kurzawa est désormais clairement identifié comme un problème , mais plus inquiétant encore , on a vu les germes d'une profonde discorde entre cavani et neymar être brutalement mis en lumière , au détour d'un penalty-gate qui ne serait , selon certaines sources , que la partie visible de l'iceberg des crispations , tant la "balkanisation" du vestiaire parisien serait aiguë .

Les auriverdes , accompagnés d'une large partie de l'effectif d'un coté , cavani et les argentins de l'autre , telles seraient les subdivisions tribales ou par affinités , en vigueur depuis quelques semaines au camp des loges ; une situation loin d'être inédite dans les vestiaires aujourd'hui cosmopolites des tops clubs européens , et qui est généralement plutôt bien administrée par des staffs habitués à travailler avec différentes sensibilités , l'objectif commun et les perspectives de victoires garantissant le lien social supplémentaire minimum , nécessaire dans tout vestiaire .

Cependant , et dans certains cas précis , la quête d'un graal commun peut être altérée par d'autres quêtes , plus individualistes , en apparence moins nobles , et c'est précisément ce qui transparaissait hier soir lors des deux "escarmouches" qui ont opposé en plein match , neymar à cavani .  

J'ai sur cette question un avis plutôt tranché : il est urgent que l'uruguayen mette son ego de coté , et qu'il prenne ( ou qu'on lui fasse prendre ) pleinement  conscience du statut de chacun dans le club , en laissant désormais un leadership total au brésilien , y compris dans le fait de tirer les penalty , et à fortiori les coups francs . 

 

 

7178994_neymar-tour-eiffel_1000x625

 

 

Si paris a pu attirer un joueur majeur comme neymar en ligue1 , c'est avant tout pour des questions d'ego , car le brésilien ne pouvait plus , en raison de son immense talent , supporter un statut de numéro 2 qui lui interdisait de facto d'acceder au ballon d'or , quand bien même le numéro 1 en question se nommait messi , probablement l'un des deux meilleurs joueurs de l'histoire du jeu ; ce n'est certainement pas pour se retrouver à supporter l'irascible et limité cavani , qui a certes marqué 49 buts l'année dernière , pour le résultat que l'on sait : la saison la plus faible de l'histoire du PSG version QSI , une humiliation historique en LDC avec justement neymar en bourreau principal , et deux coupes nationales dont tout le monde se fout vu l'énormité des investissements consentis .

Dans la ploutocratie qu'est devenue le monde du  football aujourd'hui , Neymar est ce qu'on appelle un "franchise player" , c'est le facteur X , qui de par sa dimension marketing planétaire et son rayonnement sportif change absolument tout dans un club ; depuis son arrivée , le brésilien a vendu plus de 120.000 maillots en France ( rupture de stock en cours chez NIKE) , a régalé en buts , passes décisives et en fulgurances techniques , il a quasiment par sa seule présence transformé l'expression collective de son équipe et il doit évidemment être placé dans les meilleures conditions afin de faciliter son épanouissement et donner sa pleine mesure à paris , au moins autant que ne l'est cristiano à madrid ou messi à barcelone , pour qui tirer les penalty et les coups francs est une évidence que personne n'a l'idée de contester ; une politique qui peut sonner comme une soumission aux oreilles des nombreux cerveaux reptiliens qui s'improvisent experts en gestion humaine sur les réseaux sociaux , mais qui me semble être la seule voie pertinente dans ce dossier , la seule capable de générer le cercle vertueux dont tout le club profitera . 

Neymar est déjà le personnage le plus important du club car il est unique , irremplaçable , et si cavani ne comprend pas cela , si son ego est un interrupteur à sa lucidité , il appartient au coach , voir à la direction , d'allumer la lumière et de le lui expliquer poliment mais fermement , car paris n'a tout simplement plus de temps à perdre .