UEFA

L'uefa a donc diligenté une enquête visant le paris saint germain dans le cadre de son tristement célèbre financial fair-play , qui portera notamment sur la capacité de la franchise parisienne à se conformer avec l'exigence de l'équilibre financier .

Coté parisien , on peut légitimement s'interroger sur la prématurité d'une telle action , car ce que demande l'instance européenne en la matière , ce n'est ni plus ni moins que d'analyser les résultats d'un exercice comptable qui n'a pas eu lieu . 

Le club a d'ailleurs signifié sa surprise face à une telle démarche , mais a aussi tenu à rappeller la transparence vis à vis des instances dans laquelle les transactions de cet été se sont déroulées , et a assuré de sa confiance en sa capacité à respecter les règles .

Là ou le bât blesse , c'est que les règles en question paraissent mouvantes , et ce n'est pas la diligence avec laquelle l'uefa s'est saisie du dossier qui rassurera sur les intentions réelles d'une instance clairement sous influences , qui semble dans cette histoire fortement aiguillée par les clubs historiques européens .

La lecture qui s'impose à mon sens  , c'est que l'on a affaire ici à une enième déclinaison de l'opposition séculaire qui oppose l'aristocratie à la nouvelle bourgeoisie , la première n'ayant jamais à travers l'histoire envisagé la seconde comme son égale , la jugeant vulgaire et arriviste , et la seconde désirant plus que tout , renverser l'ordre établi .

Les clubs dits historiques sont de fait les aristocrates du football  , et la puissance économique plutôt décomplexée qu'a imposé paris durant le dernier marché remet en question les équilibres continentaux à très brève échéance , générant le courroux de dirigeants comme hoeness , bartomeu ou Aulas pour les plus bruyants , qui n'hésitent d'ailleurs plus à parler ouvertement d'un front européen anti PSG .

Comme il faut rendre à césar ce qui lui appartient , il est important de souligner le rôle central et pour le moins enthousiaste qu'a joué en france , le petit télégraphiste bolchevique du rhône , Mr J.M Aulas , dans l'escalade des crispations sur cette question ... Il n'a eu de cesse , dans un exercice assumé d'intoxication médiatique quotidien , de dire tout le mal qu'il pensait de la politique sportive et économique du paris saint germain , soulignant notamment son caractère mortifère , selon lui , vis à vis de la ligue1 ... Un discours absolument grotesque  que le président desplat , dans une interview lucide et ô combien salutaire , a remis en perspective , soulignant notamment le caractère solitaire de ce delirium .

Évidemment , la franchise parisienne  est loin d'être démunie face à ce qui ressemble à une inquisition programmée ... une armée d'avocats de renom , et un administrateur brillant en la personne de jean claude blanc , travaillent depuis des mois sur le dossier afin de fluidifier les échanges avec l'instance européenne ... je pense cependant qu'à terme , l'état major parisien  ne pourra faire l'économie d'une confrontation devant les tribunaux pour sceller le sort de cette pure escroquerie qui n'a de fair-play que le nom , et qui ne tiendrait pas une minute devant les juridictions compétentes . 

Paris ne peut continuer à jouer à un jeu de dupes , un jeu dont les dés sont pipés par une mesure qui ignore le niveau d'endettement hallucinant de certains , qui ne prend pas en compte les disparités fiscales ou de charges en Europe , et qui est de surcroît arbitré par une instance dont la probité est en question , et dont la servilité à l'égard des grands clubs , qui ne cessent de faire planer la menace d'une ligue fermée , n'est plus à prouver . 

Toute cette histoire sonne de plus en plus comme une farce , il appartient à la direction de faire en sorte que paris n'en soit pas la dinde .